abstract-1071129.jpg

Malheureusement nous n'avons pas le lien pour acheter ce livre. Contactez l'autrice / l'auteur

Titre
Titre

Catégorie

Roman Jeunesse

Drame

Éditions

Éditions Lo-Ély

Langue

Français

Pages

330

Prix papier

24.95

Prix ebook

Kindle Unlimited

11.95

Parution

15 juin 2021

Synopsis

Geneviève tente retrouver le bonheur en travaillant dans une résidence de personnes âgées. Elle tarde à s’acquitter de son engagement à remettre une lettre à la fille de l’un des deux hommes de son passé qui s’est enlevé la vie. Mais la vie pourrait lui donner un petit coup de pouce.
De savoureux moments à partager entre amis, des querelles, des histoires farfelues et, parfois, la fatalité parmi les résidents vous feront découvrir leur quotidien. Geneviève développe un lien particulier avec une résidente, sans savoir que celle-ci est la mère de l’un des complices du meurtre de son époux. Elle est déchirée entre sa quête de bonheur et sa fidélité à la mémoire de son conjoint assassiné accidentellement. Trouvera-t-elle le chemin du pardon?

Le roman se déroule...

Extrait

- A voulait se faire voir avec son grand parapluie noir. Il était encore plus grand que les parapluies des golfeurs de nos jours, un vrai gros câlique de parapluie, un véritable parasol que je vous dis. Pis fait fort en plus. Pas fragile comme les p’tits parapluies d'aujourd'hui, pis c’est pas le vent qui l'aurait fait tourner à l'envers comme on en voit sur le trottoir. Les parapluies étaient faits solides en colass dans l’temps.

Monsieur Lafleur fit une petite pause, le temps d'une bouchée, comme pour laisser le temps à son auditoire de visualiser les parapluies du temps de leur jeunesse.

- Vas-tu finir par aboutir avec ton histoire, Rosaire? le taquina gentiment monsieur Racette. J'ai hâte de savoir comment ça va finir ton aventure.

- Câlique, Léo, laisse-moé le temps de prendre une gorgée de mon café. T’es donc ben stressé à matin. Qu'est-ce qui te presse tant? Y te reste encore toute la journée pour rester à rien faire pareil comme moé pis d’aller te recoucher à soir.