B.O.A. 1 : Loterie funeste

Malheureusement nous n'avons pas le lien pour acheter ce livre. Contactez l'autrice / l'auteur

Auteur

B.O.A. 1 : Loterie funeste

Catégorie

Roman Jeunesse

Science-Fiction

Éditions

Éditions de Mortagne

Prix papier

24.95

Langue

Français

Pages

464

Prix ebook

Kindle Unlimited

18.99

Parution

1 septembre 2017

Synopsis

Une loterie inhumaine. Six immortels à gagner.

Dans la grande ville de Liberté, quand les citoyens achètent des billets pour la loterie annuelle, ce n'est pas pour gagner de l'argent. Les BOA qui dirigent cette société post-apocalyptique espèrent remporter des Sacs à sang. Des esclaves. Des êtres humains dont ils pourront s'abreuver pour subsister. Jusqu'à ce que mort s'ensuive. Mais cette année, la loterie est différente. Cette année, six adolescents sont en jeu, rendus immortels par un processus révolutionnaire. Destinés à offrir leur sang à leurs futurs propriétaires, ils sont condamnés à souffrir éternellement, car même la mort ne pourra les délivrer. S'ils résistent, ils seront transformés en créatures terrifiantes. En Charognards. Des bêtes voraces. S'ils obéissent, ils sont perdus pour toujours...

Le roman se déroule...

Extrait

Au commencement, il y a eu le virus. Terrible et féroce, comme un prédateur affamé tapi dans l’ombre depuis trop longtemps. C’était une forme mutante d’Ebola, une saloperie qui s’attaquait à l’humain par son sang. La première étape de la transformation touchait le comportement. L’humain infecté devenait plus agressif. Puis sa peau se mettait à suppurer et à se détacher par lambeaux, comme la mue d’un serpent. Celle qui la remplaçait était si transparente qu’on voyait les veines parcourir le corps. Par la suite, c’étaient les yeux qui changeaient. Les iris pâlissaient tant qu’on les distinguait à peine. Ne restait plus dans ce blanc insondable que la pupille noire et implacable qui vous observait avec appétit. Car, pour survivre, ces êtres humains contaminés devaient boire le sang de leurs congénères vivants ou fraîchement décédés. Ils en oubliaient jusqu’à leur ancienne humanité. Les Charognards étaient nés.